Collectif Anti Nuisances L2
Une association apolitique soucieuse de la Santé Publique, composée d’un réseau d'associations et de citoyens,
œuvrant pour l’amélioration de la qualité de l'air et du cadre de vie,pour la réduction du bruit, aux abords de la L2
et plus généralement à MARSEILLE
 
 

Le 21 mars 2016, Mme Ségolène Royal, Ministre de l'Ecologie, de l'Energie et du Développement Durable inaugure la route solaire à Marseille

La proposition de transformer la L2 en autoroute à énergie positive a de quoi séduire ... 
Pourtant, le CAN L2 émet de très grosses réserves sur le principe de la route solaire sur une autoroute urbaine, encaissée.
De très nombreuses critiques existent et sont très pertinentes. Cela nous a conduit à faire nos propres propositions.
Les inconvénients du solaire au sol, sur la L2 :
 
-  son coût (« 6/W, soit 6 fois supérieur au coût du grand solaire PV »)

 - son faible rendement chute de 70% du rendement et à réduire la durée de vie des cellules », à cause du passage des véhicules »)

 - sa durée de vie (« 40% inférieure » / « durée de vie d'une route Wattway estimée à 10 ans par Colas »)

 sa perte d’efficacité due à la pose au sol (« En plaçant les panneaux PV à lhorizontal, on perd en France 10 à 15% defficacité comparativement à des panneaux correctement inclinés »)

 
sa perte d’efficacité due à leur enfouissement et à leur couverture (« En enfouissant les cellules dans les routes, on les expose à une température plus élevée, ce qui fait également baisser de manière très significative lefficacité des cellules. » /  « les couches protectrices placées au dessus des cellules PV réduisent de 2% lefficacité du système »)

 - sa perte d’efficacité due à la pollution (« Par ailleurs la pollution automobile (dont le carbone-suie des véhicules diesel) mais aussi les traces de pneus et de nombreux débris font obstacle au passage de la lumière solaire)

 - sa perte d’efficacité due au givre (« La technologie développée par Colas intègre une capacité dégivrante, argument mis en avant dans les médias par le groupe. Or à 0 °C, la chaleur latente de fusion de la glace est de 333 kJ·kg-1. »)

 - sa difficulté de remplacement, contrairement à des panneaux hors sol (« Pour changer une dalle, il faudra bloquer la circulation, la décoller, reniveler la route puis coller une nouvelle dalle »)

 - sa difficulté de raccordement, avec des tranchées (« la nouvelle architecture électrique, non standard, contribue probablement à faire monter les coûts »)

 - sa pose collée (« pour fixer ces panneaux sur l'enrobé, il faut de grandes quantités de colle super-forte (Brevet Bouygues-Colas),  probablement à base de silicone dont la fabrication est très énergétivore. »)

 - sa résine de protection (« La résine agrège un conglomérat de verre (aux propriétés anti-abrasives). Est-ce vraiment du verre recyclé ? Car "un centimètre de verre solaire transmet 91% de la lumière utilisable. Mais un verre recyclé n'en transmettra que 35%" »

 - sa résonance au bruit (actuellement, l'enrobé fourni par COLAS est le RUGOSOFT, qui, même si ce n'est pas le meilleur de cette société, reste un enrobé relativement efficace en terme de réduction des bruits de roulement)

Nos propositions

 
1) création de « casquettes » au dessus des murs de soutènement, support de panneaux photovoltaïques, avec pour avantage une meilleure protection phonique.

La L2 n'a pratiquement pas de bande d'arrêt d'urgence, une grande partie de son trajet est enterrée, de grands murs au béton brut l'enchâssent.... Autant que les panneaux soient en l'air !


2) création de « paralumes » aux entrées/sorties des nombreux tunnels qui pourraient ainsi avoir un triple rôle : support de panneaux photovoltaïques / amélioration phonique / économies substantielles par la diminution, voire la suppression des éclairages au sodium, très énergivores.


3) création d’ « ombrières » dans tous les parkings relais  créés à l’occasion de la L2, dont la toiture pourrait servir de support également à des panneaux photovoltaïques


Un parking, c'est fait pour stationner ??? Si les panneaux sont au sol, quel intérêt ?


4) Création d'une semi-couverture, voire d'une couverture totale du viaduc de Frais Vallon, qui à terme va devenir un point chaud du bruit pour tous les riverains 

Les 3 vidéos de cette intervention et leur transcription écrite

1) Reportage de AFP TV

Mme ROYAL :
« C'est bon pour la route, ça ne dévore pas d'espace vacant et en même temps, ça peut être raccordé directement soit sur le réseau, soit en auto consommation. Par exemple, dans un tunnel, ça peut permettre d'éclairer le tunnel. Ici , sur cet espace, ça peut permettre d'éclairer le parking.
 
Je vais débloquer les financements pour 5 kilomètres le plus rapidement possible pour qu'on puisse, maintenant concrètement avoir un laboratoire grandeur nature pour que cette technologie puisse se déployer, non seulement sur tout le territoire français, mais aussi à l'échelle mondiale. »



Observation du CAN L2 :

La L2 mesure moins de 10 km... dont environ la moitié en tunnel... Où vont donc se situer les panneaux solaires ???

2) Reportage de MADE IN MARSEILLE

Mme ROYAL :
« Je cherchais un lieu laboratoire en grandeur nature. Je pense que, ici, il y a une motivation. Faut avancer, faut aller en partenariat avec les élus, définir les meilleurs endroits et on va déployer pour 5 millions d'euros et ça sera le laboratoire.
Et en plus, y a un marché mondial, donc si la France peut conquérir ce marché mondial des routes à énergie positive, c'est extraordinaire.
Et en plus c'est un projet qui a eu un prix. J'ai donné un prix à la COOP 21. Voyez, on est vraiment dans la cohérence et la montée en puissance. »
 
Une journaliste :
« Est-ce qu'il y a eu un chiffrage sur les 5 km ? »
 
Mme ROYAL :
« Non, pas encore. Mais après l'entreprise peut co financer. Faut voir comment ça peut avancer. Ça fait déjà un apport significatif sur cet équipement. »


Observation du CAN L2 :

Et si les meilleurs endroits n'étaient pas au sol, mais en l'air ?
Pierre CALVIN, Directeur Commercial du groupe COLAS :
« Aujourd'hui les durées de vie des chaussées, sont de l'ordre de 17/20 ans, donc on pourrait pouvoir assurer cette durée de vie pour les panneaux photovoltaïques. »
 
Question de la journaliste :
« Sans trop d'entretien ? »
 
Pierre CALVIN :
« Sans trop d'entretien. Je sais pas si vous avez remarqué, les gens ne le remarque pas souvent, on nettoie jamais une route : vous voyez une balayeuse, quand elle passe, ça va balayer le caniveau, mais la route ne se balaie pas. La route est auto nettoyée par les véhicules qui passent. Ici, c'est vrai qu'il n'y a pas énormément de pluie, mais y en a quand même un peu de temps en temps et la pluie, plus le phénomène de circulation des véhicules fait un auto nettoyage du procédé, ce qui permet effectivement de ne pas avoir d'entretien.

Observation du CAN L2 :

Miser sur la pluie en région qui connait des périodes de fortes sécheresse, c'est pas un peu joueur ?
 
Après, la chaleur sur la route, ce qui fait qu'une route est chaude, c'est son côté noir entre autres qui absorbe l’énergie, vous allez avoir le panneau dessus, vous n'allez plus avoir cette absorption d'énergie solaire par la route mais au contraire va être faite par le panneau. Donc on va avoir, au contraire, une diminution de la température des enrobés au droit des panneaux par rapport aux enrobés où il n'y en a pas. On est au contraire, dans un cycle, je dirais, un peu, un peu vertueux. 
 
Ensuite, il est vrai que la chaleur est, je ne dirais pas une ennemie, mais plus on chauffe, plus on perd en rendement, mais ça quelque soit le panneau, mais c'est de l'ordre du pourcent, de 2 pourcents de perte de rendement. Donc, on est loin d'avoir une perte de production énergétique, mais c'est de l'ordre de quelques pourcents. Mais comme on a quand même de la place, parce que des routes, y en a un million de kilomètres... Ce n'est absolument pas un problème de perdre un ou deux pourcents de production énergétique, puisqu'il suffit de rallonger un petit peu les panneaux si on a besoin la même production. 

Observation du CAN L2 :


Une autoroute urbaine est-elle vraiment le meilleur endroit pour poser des panneaux au sol ?

La PROVENCE.COM Le 18:18 : la L2, une nouvelle autoroute pour contourner Marseille dès juillet
(Date de publication : 21/03/2016) Intervention de Royal sur la route solaire et la L2

Mme ROYAL :

« Je suis là, on va commencer là. Pourquoi pas la totalité de ce parking ? Les parkings des centres commerciaux qui le voudront, les bandes d’arrêt d’urgence pour pouvoir éclairer les tunnels en auto consommation. Parce que, pour les centres commerciaux ça peut permettre de faire l’éclairage directement à partir des panneaux, voyez, donc, du coup, on peut avoir un laboratoire du déploiement des routes à énergie positive.
Je cherche un lieu laboratoire grandeur nature, je pense que ici, il y a une motivation. Il faut avancer, il faut définir les meilleurs endroits et on va déployer pour cinq millions d’euros et ça sera LE laboratoire.
Vous vous rendez-compte, si on peut annoncer que sur la rocade tous les tunnels sont éclairés avec la route solaire, c’est le jackpot ! »


 
Jackpot ... un seul mot et tout est dit ! Mais pour qui, ce jackopt ?

- L'Etat qui va subventionner une technologie qui certes peut apparaître de pointe, mais qui, expérimentée dans ce lieu-là, va s'avérer extrêmement dispendieuse ?
- Les riverains qui ne verront aucune amélioration des nuisances sonores ?
- L'entreprise qui va engloutir des fonds publics ?



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement